​Comment arrêter de fumer sans grossir ?

​Nous ne vous apprenons rien en vous disant que le tabac est mauvais pour la santé. Si la totalité des fumeurs en sont persuadés, arrêter de fumer est une autre chose. Et lorsque le sevrage tabagique est lancé, c’est parfois la guerre contre les kilos qui prend le relai. Toutefois, il est possible d’arrêter de fumer sans grossir. Comment ? Nous répondons à vos questions.

​Pourquoi prend-on du poids quand on arrête de fumer ?

Commençons tout d’abord par vous parler des effets de la cigarette sur l’organisme. Au-delà de tous les effets néfastes que vous connaissez déjà : insuffisance respiratoire, cancer des poumons, de l’œsophage, de la langue, insuffisance veineuse, entre autres, il faut ajouter au tabac de nouvelles notions que l’on ne connait pas forcément.

Le hic, c’est que ce mythe de la prise de poids a tendance à faire peur et à démotiver les personnes qui auraient envie d’arrêter de fumer. Pas de panique ! Si ces kilos sont certes désagréables, sachez qu’ils peuvent facilement être évités ou délogés.

Nos conseils pour vous aider à perdre du poids, efficacement.

Un lien avec la prise de poids qu’il est nécessaire de comprendre avant de se lancer dans le sevrage du tabac et appréhender au mieux la gestion de votre addiction sans nuire à votre minceur. D’ailleurs, on estime que cette prise de poids lors du sevrage tabagique est de l’ordre de 2 à 4 kilos en moyenne. Toutefois, cela n’est pas une fatalité et dépend du métabolisme de chacun.

Les effets du tabac sur le corps

Il coupe l’appétit
En effet, le tabac a un effet coupe-faim en raison de la nicotine qui stabilise le taux de glycémie. Cela participe à la régulation de l’appétit qui est moindre. Cette action hyperglycémiante a donc une incidence sur la modification de l’appétit et entraine une satiété plus rapide.

Il brûle les calories
Dur à croire, pourtant à chaque cigarette allumée, ce sont près de 10 calories qui sont brûlées. À l’échelle d’un paquet de 20 cigarettes, le corps a dépensé l’équivalent énergétique d’une trentaine de minutes de marche active.

Il inhibe les sens
En effet, le gout et l’odorat sont altérés par la cigarette. Ce qui contribue à ne pas forcément savourer ses repas. Ainsi, quelques jours après l’arrêt définitif du tabac, ces mêmes sens reprennent peu à peu et peuvent inciter l’ancien fumeur à en profiter.

Il occupe les mains
En termes de gestuelle, c’est la même que lorsque l’on porte de la nourriture à sa bouche. Mentalement, cela peut alors inciter la personne en question à fumer plutôt qu’à faire un écart alimentaire lors d’une petite fringale. Lorsque les mains sont délestées de leur cigarette après l’arrêt définitif, une personne peut alors avoir tendance à vouloir remplacer le double manque par de la nourriture.

Il calme le stress
Lorsque l’on fume, le cerveau a tendance à augmenter la sécrétion de la sérotonine, autrement appelée, hormone du bien-être.

​Comment éviter la prise de poids ?

​Vous avez peur de prendre du poids en arrêtant de fumer ? Sachez que ces quelques kilos peuvent être anticipés, et ce, dès le début de votre sevrage tabagique. Avant de débuter, commencez donc par préparer le terrain.

​Instaurez un nouveau cadre de vie

​Lorsque l’on décide de mettre un terme à la nicotine et que la décision et la motivation sont véritablement arrêtées, il est en effet primordial de repenser son quotidien. L’alimentation et la dépense énergétique vont devoir prendre un nouveau tournant, plus sain et équilibré afin d’éviter la prise de poids.

Restez ferme sur vos décisions et orientez-vous vers un professionnel de santé pour débuter votre sevrage et aiguiller vos nouvelles habitudes alimentaires dans le bon sens. Retirez pour cela tous les sucres, produits transformés et industriels et graisses de gourmandises de chez vous afin d’éviter toutes tentations.

Forcez-vous à marcher pour commencer à libérer les toxines du corps et à stimuler les muscles et les graisses logées.

Buvez beaucoup d’eau

L’eau permet de libérer les toxines, de purifier, mais aussi de calmer les sensations de faim et de remplacer la gestuelle.

Occupez-vous la bouche et les mains

Quand on fume, les mains et la bouche sont fréquemment utilisées et occupées. Alors, dès que le sevrage tabagique débute, c’est souvent la panique. Les mains sont libres, inutilisées et demandent à retrouver une fonction. C’est pourquoi nombreux sont ceux qui ont tendance à basculer dans la nourriture et à manger pour remplacer leur feu geste, vestige de l’addiction au tabac.

Ainsi, trouvez de quoi vous occuper sans que cela ne soit à nouveau une cigarette ou de la nourriture. La technique du cure-dent est très connue pour limiter les envies, d’autres en revanche, optent pour des chewing-gums, de préférence sans sucres… Maintenant, à vous de trouver votre technique.

Revoyez votre alimentation pour prévenir les effets secondaires

Lors du sevrage, certains effets secondaires peuvent apparaitre en réponse à la disparition progressive de la nicotine dans le sang. Une constipation occasionnelle ainsi qu’un ventre gonflé peuvent alors prendre le relai. Si cela n’est pas agréable, sachez que ces symptômes peuvent rapidement être résolus.

En guise de traitement, on intensifie sa consommation de fibres grâce aux fruits et légumes frais et aux céréales complètes. De plus, on mixe alimentation crue et cuite.

Nos exercices et conseils pour perdre du ventre.

Faites du sport

La pratique d’une activité physique est un excellent moyen de détourner son attention tout en chouchoutant sa santé. Il s’agit de la meilleure méthode pour se dépenser et surtout pour brûler les calories en temps de sevrage tabagique.

De plus, dès l’arrêt de la nicotine, le stockage des graisses devient plus important en raison de son action hyperglycémiante qui se voit remercier. On rappelle que cette dernière agit comme un coupe-faim et régule l’appétit. Lors du passage de l’un à l’autre, il est donc primordial de relancer le métabolisme par le biais du sport afin que le corps réapprenne à brûler des calories, même au repos.

Ne commencez pas de régime

En effet, le sevrage tabagique est déjà assez frustrant en soit pour en prime se rajouter une restriction alimentaire. Préférez vous focaliser sur des aliments qui ont une incidence sur la satiété, comme les protéines animales ou végétales. Dans le même registre, les féculents à faible teneur calorique comme le quinoa ou les céréales complètes vous prodigueront les mêmes résultats.

Faites-vous aider

Commencez tout d’abord par consulter votre médecin traitant ou un spécialiste tabacologue-addictologue. Ceux-ci sauront vous donner les clés pour vous aider à arrêter. D’autre part, vous pouvez opter pour substituts comme des patchs ou des gums qui agissent comme des diffuseurs de nicotine à moindre taux le temps du sevrage tabagique.

Ne laissez jamais la frustration prendre le dessus au risque d’être rapidement dépassé par les évènements et de retomber dans votre addiction. Le risque serait même de la remplacer par une nouvelle, comme la nourriture. A savoir que des numéros gratuits comme celui de Tabac Info Service sont mis à votre disposition pour vous aider à arrêter de fumer.

adipiscing Sed vel, commodo Aliquam commodo ut ipsum elit. ante. Curabitur Nullam